L'éducation des filles, incontournable dans la réponse aux changements climatiques!

07 - Novembre - 2016

Il est urgent de sortir les filles et les femmes de leur statut de victimes des catastrophes naturelles et des changements climatiques.

Un an après la Cop 21, nous sommes nombreux à dresser un premier bilan des dynamiques engagées depuis l'Accord de Paris. Le sommet de la Cop 22 qui débute aujourd'hui à Marrakech permet de souligner les avancées enregistrées dans la mise en œuvre de l'Agenda des Solutions et d'accentuer certaines orientations.

La lutte contre les changements climatiques fait intervenir de nombreuses thématiques, dont la préservation des écosystèmes, la sécurité alimentaire, l'accès à l'énergie, l'aménagement urbain... S'il est une question sur laquelle il nous faut insister dans la coordination des efforts pour maîtriser les bouleversements du climat, c'est celle du genre, et en particulier l'éducation des filles et des jeunes femmes.

Les liens entre les conditions d'accès à l'éducation des filles et les enjeux climatiques sont importants. Ils doivent être pris en compte dans l'analyse des causes et des risques liés aux phénomènes de dérèglement climatique, et dans la définition des réponses à y apporter. La prudence est néanmoins de mise afin que la défense de l'éducation des filles soit menée pour les bonnes raisons.

Une récente étude de la Brookings Institution fait de l'éducation des filles le levier le plus efficace et le plus efficient de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le mécanisme derrière cette affirmation tient à l'impact du développement de l'éducation des filles sur le contrôle des naissances – à travers la sensibilisation à la planification de celles-ci – et, partant, une réduction de la croissance démographique, notamment dans les pays où le nombre d'enfants par femme est encore très élevé.

Rappelons que les projections des Nations Unies indiquent que la population mondiale, approchant aujourd'hui les 7 milliards d'individus, pourrait atteindre 9,3 milliards en 2050, et plus de 10 milliards en 2100. Les évolutions démographiques sont certainement à prendre en compte dans les efforts pour enrayer le dérèglement climatique auquel l'activité humaine participe. Faut-il pour autant que ce soit au nom de la maîtrise de la natalité que l'éducation des filles soit encouragée ?

Les émissions de gaz responsables du réchauffement sont bien plus importantes dans les pays à haut revenu, où la croissance de la population est faible, que dans les pays en développement. Prôner le contrôle des naissances en Afrique n'est en rien la solution miracle au défi climatique ; ce sont bien les comportements dans nos pays riches qu'il faut aujourd'hui ramener à plus de frugalité.

Ceci étant dit, chaque femme devrait pouvoir s'informer sur la santé reproductive et avoir accès au planning familial. C'est le droit de chacune, et un levier important d'amélioration de la santé et de la situation socioéconomique des femmes et de leurs familles.

La croissance démographique signifie en outre que davantage de populations seront soumises aux effets des changements climatiques dans les prochaines années, en particulier dans les pays à faible revenu. Les filles et les femmes sont davantage touchées, parce qu'elles sont souvent en charge des corvées domestiques telles que les corvées d'eau et de bois, rendues plus difficiles en période de sécheresse. Elles sont généralement moins mobiles, et leur bien-être est le plus souvent sacrifié dans les temps difficiles.

Développer l'éducation des filles – une fille sur cinq en est encore privée dans le monde – et lever les obstacles que sont les mariages et les grossesses précoces, les violences en milieu scolaire, la pauvreté, le travail domestique, est un des moyens les plus efficaces de renforcer la résilience des populations face aux évolutions climatiques, et de leur permettre d'adopter en conscience des comportements plus favorables à l'environnement.

Il est urgent de sortir les filles et les femmes de leur statut de victimes des catastrophes naturelles et des changements climatiques. Elles doivent faire partie intégrante de la solution mise en œuvre par les experts et les responsables politiques. Généraliser leur éducation en est la condition primordiale.

Hélène Ferrer, coordinatrice de la Coalition Education

Autres actualités

22 - Juin - 2018

Bac 2018 en France : quand des candidats peuvent consulter les sujets à l'avance, en toute légalité

Les élèves de terminale en filière scientifique ont pu prendre connaissance de certains sujets à l'avance. Une expérimentation pour le bac 2018 qui pourrait...

20 - Juin - 2018

CHRONIQUE EDUCATION ET FORMATION: LE REDOUBLEMENT, UNE PRATIQUE PEDAGOGIQUE QUI DIVISE LES ACTEURS DE L'EDUCATION (PAR CHEIKH SIDOU SYLLA)

Le redoublement est une pratique pédagogique qui divise les acteurs de l’éducation. Pour les uns, il est inefficace et coûteux, pour les autres, son interdiction est...

13 - Juin - 2018

AUDIO: CHRONIQUE EDUCATION ET FORMATION DE CHEIKH SIDOU SYLLA DU 13 JUIN 2018

La pratique réflexive s’est imposée comme l’une des principales méthodes de formation au point que certains parlent de «tournant réflexif».

11 - Juin - 2018

Au fait, pourquoi le baccalauréat s'appelle-t-il "baccalauréat" ?

C'est une bonne question… qui n'est elle-même jamais posée lors de l'examen. Pourquoi le baccalauréat s'appelle-t-il ainsi ? Que signifie ce drôle de mot ? De...

08 - Juin - 2018

France : L'Assemblée vote l'interdiction du téléphone portable à l'école et dans les collèges

L'Assemblée nationale a voté jeudi, en première lecture, une proposition de loi LREM visant à une "interdiction effective" des téléphones portables dans...