La France accueillera 10 000 réfugiés, dont un tiers venu du Niger et du Tchad, d'ici octobre 2019

10 - Octobre - 2017

La France va démarrer "dans les prochaines semaines" des missions au Niger et au Tchad pour identifier des personnes pouvant bénéficier du droit d'asile, sur des listes proposées par le Haut Commissariat de l'ONU pour les Réfugiés (HCR), a annoncé Emmanuel Macron lundi 9 octobre. Ces missions menées par l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) visent aussi à "mieux prévenir la situation depuis le Niger et le Tchad pour prévenir un afflux de migrants économiques" non éligibles au droit d'asile, a expliqué le président, après avoir reçu à l'Elysée le président du HCR.
Au total, la France "ouvrira sur les deux prochaines années 10 000 places" pour ces réfugiés "réinstallés" depuis le Niger, le Tchad, mais aussi de Turquie, du Liban et de Jordanie, a annoncé le président. Parmi ces réfugiés, 3 000 seront issus des "missions de protection avancées" de l'Ofpra au Niger et au Tchad, a précisé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb dans un communiqué. Paris estime par ailleurs impossible pour l'instant d'installer en Libye des centres d'accueil en raison de l'insécurité sur place.
La France sera "beaucoup plus rigoureuse" pour les expulsions des migrants économiques

La France compte également éaliser des "modifications législatives et règlementaires dans les prochaines semaines" pour rapprocher sa politique d'organisation de l'asile avec celle de Allemagne, des réformes auxquelles "le HCR sera associé", a poursuivi Emmanuel Macron. Il a rappelé que la France voulait mieux accueillir ceux qui ont droit à l'asile, mais aussi être "beaucoup plus rigoureuse dans la reconduite aux frontières" des migrants économiques, qui eux n'ont pas droit à ce statut.

Il a enfin annoncé une augmentation de 10 millions d'euros des concours de la France au HCR et à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), notamment pour appuyer leurs actions en Libye pour une protection des personnes "au plus près des zones de conflits". "L'Europe doit construire un espace commun de protection et de solidarité en créant un Office européen de l'asile et un programme commun d'intégration et de formation des réfugies", a conclu le chef de l'Etat.

franceinfo avec AFP

Autres actualités

23 - Octobre - 2017

Casamance: La guerre est ouverte entre les pro et anti-zircon, risque d'embrasement à Narang

Les populations de Niafrang qui s'opposent au projet d'extraction du zircon dans leur localité n'ont pas encore gain de cause. En fait, après l'annonce de l'annulation du projet par...

23 - Octobre - 2017

Visite du ministre de la Santé et de l'Action Sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, en Casamance: Les problèmes du système de la santé de la région passés au peigne fin

Le nouveau ministre de la Santé et de l'Action Sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a effectué sa première visite de terrain en Casamance, le vendredi dernier. Cette visite lui a...

22 - Octobre - 2017

MORT D’AÏCHA DIALLO ÂGEE DE DOUZE ANS A L’HOPITAL DE PIKINE…. C’EST UN GRAVE MANQUEMENT DE PROFESSIONNALISME, QUI INTERPELLE LE PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE A S’AUTOSAISIR (SON EXCELLENCE MONSIEUR CHEIKH SADIBOU DIALLO)

Perdre sa fille âgée de douze ans est un drame pour une mère, puis que ce n’est pas dans l’ordre des choses. C’est la pire souffrance que l’on peut...

21 - Octobre - 2017

Maroc : Arrestation d'un Sénégalais accusé d'avoir tué 150 migrants

Ce vendredi, la police espagnole a annoncé la mise aux arrêts d’un réseau qui faisait passer de manière clandestine des centaines de migrants du continent africain...

21 - Octobre - 2017

Les Aïssatou ou les victimes de la réforme hospitalière de 1998 et de la marchandisation de la santé (Par Guy Marius Sagna)

Dans le débat actuel sur le système hospitalier sénégalais consécutif au tragique décès de la petite Aïssatou Diallo, ce que l’on entend...