Portrait: À 71 ans, Alain Desboudard vient de décrocher un Master en Sciences de l'Éducation

11 - Février - 2017

Alain Desboudard, 71 ans, n'a pas fini d'entreprendre et de surprendre. Une université parisienne vient de lui remettre un Master en Sciences de l’Éducation. À entendre le Nivernais motivé à mettre encore et toujours son expérience au profit de la société, il n’y a, là, rien d’extraordinaire.

S’il a mis un terme à sa carrière institutionnelle à 65 ans, Alain Desboudard n’en a pas pour autant fini avec les consultations à l’international, dans le domaine de l’emploi, dont il est devenu expert au fil des années. Mais pour décrocher de nouveaux appels d’offres et rêver rivaliser avec d’autres privés, il lui manquait un diplôme. Une cinquième année de cursus universitaire inscrite depuis peu à son curriculum vitae. Il y a un mois, l’université Paris-Est Créteil Val-de-Marne lui a décerné un Master mention Sciences de l’Éducation, parcours Expertise, Ingénierie et Projets internationaux, acquis grâce à une validation des acquis de l’expérience.
Pas de mise en retrait de la société

L’entrepreneur pouguois a une vision atypique de la retraite. Un mot qui selon lui, ne se prête d’ailleurs pas du tout à ce qui vient après la vie professionnelle. "Le parcours de l’immense majorité des gens se décomposait en trois phases : éducation initiale, travail, retraite", explique-t-il. "La retraite, comme son nom l’indique était donc une mise en retrait de la société. Ceci n’est plus vrai. Il y a aujourd’hui, de plus en plus, quatre temps dans la vie d’une personne : éducation initiale, travail et formation tout au long de la vie, retraite active et en bout de course seulement les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes."

Acteur du segment "retraite active", Alain Desboudard, fort d’une expérience professionnelle de plus de 37 ans dans les domaines du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, notamment à l’ANPE (pôle emploi), poursuit ses missions de consultant indépendant en Europe, en Afrique ou au Maghreb. Ajoutez encore une activité « quasi ludique » de nuciculture qu’il mène en parallèle depuis une quarantaine d’années à Pougues-les-Eaux.

"L’activité intellectuelle et physique est le meilleur moyen de "bien" vieillir", analyse-t-il. Alors lorsqu’à 60 ans, son employeur lui propose un stage de préparation à la retraite, Alain Desboudard se dit : "Ils sont gonflés". "On devrait plutôt proposer un bilan de potentialité post-professionnel afin de savoir ce qu’on peut encore offrir à la société." Une sorte de bilan de compétences ouvrant sur un meilleur choix pour le futur retraité. Son choix à lui s’est naturellement porté sur la poursuite de sa carrière hors du cadre institutionnel.

"L’activité intellectuelle et physique est le meilleur moyen de "bien" vieillir."Alain Desboudard ("Retraité actif")

Grâce à ce Master durement acquis après trois ans d’échanges et d’entretiens avec l’université parisienne, Alain Desboudard sera "crédible" dans les formations qu’il projette de proposer dans le secteur de la noisette. Il se présentera alors comme quelqu’un qui aura toujours fait l’effort de compléter sa formation.

Le diplôme a validé les compétences qu’il a développées tout au long de sa longue carrière, tant comme élu local (mise en place d’un chantier école), que participant à la construction de l’Europe (conduite d’un jumelage européen), qu’entrepreneur dans la nuciculture ou encore comme témoin actif de la fusion entre Assédic et ANPE. "Je vis ma retraite comme une dégressivité de l’activité jusqu’à ce que mes ressources physiques et intellectuelles ne me permettent plus de participer aux bienfaits de la société."

Lejdc.fr

 

Autres actualités

16 - Novembre - 2017

Education : « Le bien-être s’enseigne et se cultive »

Selon Richard J. Davidson, chercheur en psychologie, le cerveau de l’enfant peut se former aux émotions. Directeur du Center for Healthy Minds de l’université de...

15 - Novembre - 2017

Ziguinchor :Mamodou Diombéra installé à son poste de directeur du centre régional des œuvres universitaires sociales de l’université Assane Seck

Mamodou Diombéra  a été  officiellement  installé, lundi, comme directeur du centre régional des œuvres universitaires et sociales de...

14 - Novembre - 2017

«L'éducation n'est pas une priorité parmi d'autres mais l'essence d'une société»

Dans son livre « Tous éducateurs ! Et vous ?», Marc Vannesson plaide pour une prise en charge collective de l'éducation qui ne peut se limiter à la question...

11 - Novembre - 2017

HUMANITAIRE : MOBILIER SCOLAIRE, VETEMENTS, CHAUSSURES…POUR MATAM

Bonne nouvelle pour les Matamois ! Vendredi, l’association Matam à cœur s’apprête à envoyer un container rempli de matériel divers pour soutenir les...

09 - Novembre - 2017

Sénégal : de l'art d'enraciner la francophonie

C'est dans le quartier de la pointe des Almadies, juste en face de l'ambassade américaine, que les locaux flambants neufs de l'Institut de la francophonie pour l'éducation et la...