Présidentielle 2019: Sonko prépare la grande offensive contre Macky, un «président minoritaire»

10 - Août - 2017

La Coalition «Ndawi Askan Wi»/Alternative du Peuple, a appelé, hier, en conférence de presse, à combattre un ‘’apprenti dictateur émergeant’’ en se mobilisant à la présidentielle de 2019.

Deux constats à l’analyse des résultats des législatives de 2017. Macky Sall est un ‘’Président largement minoritaire’’ dans ce pays. De 65% le 25 mars 2012, il est tombé à 49% le 30 juillet 2017, soit une perte de 16 points ! C’est l’analyse faite par le leader du Pasteef, Ousmane Sonko. Avec moins de 50% aux législatives pour la coalition présidentielle, Sonko estime que le Macky est sur une pente glissante pour avoir atteint son plus bas score. Ainsi, il prédit une fin de mandat difficile pour Macky, ‘’l’apprenti dictateur émergeant’’ qu’il appelle à combattre à la présidentielle de 2019. Dès lors, Sonko et Cie invitent ‘’les citoyens à prendre leurs responsabilités en se mobilisant, en s’unissant et en s’organisant pour mettre en échec la sinistre consternation ourdie par le parti Etat, l’Apr et sa coalition Benno Bokk Yakaar’’. Selon Sonko et ses camarades, ‘’plus que jamais, s’imposent la mobilisation et la riposte populaire citoyenne, la démission du ministre de l’Intérieur, la mise en place d’une autorité indépendante pour organiser les élections, l’audit du fichier électoral, la distribution intégrale des cartes d’électeur…» Par ailleurs, la Coalition «Ndawi Askan Wi»/Alternative du Peuple qualifie de ‘’calamiteux’’ le scrutin du 30 juillet dernier.

Des députés seront corrompus et achetés

Et tout cela, accuse Sonko, a été orchestré par le ministre de l’Intérieur qui, selon lui, a privé 1/3 des Sénégalais de vote en ne leur donnant pas leur carte d’électeur». Sonko estime que dans toute République qui se respecte, ‘’un tel chaos électoral imputable exclusivement aux autorités de l’Etat, tous pouvoirs confondus, à commencer par leur Chef suprême (Macky Sall), aurait, immédiatement, entraîné la reprise du scrutin’’. Toujours est-il que selon Sonko ‘’après les résultats des dernières législatives, le sentiment qui doit animer Macky Sall est la honte et la peur. Parce qu’il a engagé tout son gouvernement dans les élections et malgré la fraude, l’achat de consciences, avec des billets de banque, ils n’ont pu franchir la barre de 50%. Depuis le 30 juillet dernier, Macky Sall n’arrive plus à dormir. Pour finir, Ousmane Sonko a fait des révélations qui font froid dans le dos. ‘’Macky va, dans les prochains jours, déployer des moyens conséquents pour acheter des députés’’. Il (NDLR : Macky) ne dort plus. Et je vous garantis que les semaines à venir, il y aura des manœuvres tous azimuts pour débaucher des gens, y compris ceux qui se sont présentés comme des opposants et qui devraient se retrouver à l’Assemblée normalement en tant qu’opposants’’.

rewmi.com

Autres actualités

23 - Octobre - 2017

BBY: LA LD TAPE DU POINT SUR LA TABLE

Le Bureau Politique de la Ligue Démocratique s’est réuni le samedi 21 octobre 2017 à Dakar, sous la présidence de Nicolas Ndiaye, Secrétaire...

23 - Octobre - 2017

SEMINAIRE INTERGOUVERNEMENTAL FRANCO-SENEGALAIS : LA DSE APR DE FRANCE SALUE LE« DYNAMISME DE LA DIPLOMATIE SENEGALAISE », LES CONCLUSIONS DE LA RENCONTRE…

Le jeudi 19 octobre 2017 s’est tenu à Paris le troisième séminaire intergouvernemental franco-sénégalais sous la présidence effective des Premiers...

23 - Octobre - 2017

FRANCE : DES SOCIALISTES CHARGENT LOURDEMENT MACKY ET TANOR

Nous, Socialistes de France condamnons avec la dernière énergie la tentative de liquidation par Ousmane Tanor Dieng Secrétaire général du PS, des Camarades...

22 - Octobre - 2017

FRANCE : CARTON ROUGE A L’AMBASSADE DU SENEGAL !

Une preuve supplémentaire du manque de considération de Bassirou Sène, ambassadeur du Sénégal en France ; et de ses collaborateurs vis-à-vis de la presse...

22 - Octobre - 2017

POUR UN PARTI POLITIQUE QUI A VOCATION A GOUVERNER, LA VIOLENCE NE MENE A RIEN ; LE SEUL CHEMIN VALABLE EST CELUI DU DIALOGUE POLITIQUE (PAR ALIOUNE NDAO FALL)

«Le Sénégal ne sort pas d’une guerre civile, il n’est pas en crise. On a fait des élections, une majorité au pouvoir gouverne, l’opposition doit...