KIDNAPPING DE SONKO : LES « DECLARATIONS MENSONGERES » DU GOUVERNEMENT

29 - Mai - 2023

C’est une nouvelle illustration de la régression démocratique au Sénégal et de la faillite de la République. Ousmane Sonko a été intercepté par les forces de sécurité et de défense, dimanche 28 mai, à Kaffrine (250 km de Dakar). Sa « caravane pour la liberté », lancée vendredi 26 mai à Ziguinchor et qui devait le conduire jusqu’à la capitale Dakar pour y mener un « combat final » contre les autorités sénégalaises, a ainsi été interrompue à mi-chemin.
« Il n’a pas été arrêté mais encadré jusqu’à son domicile de Cité Keur Gorgui, à Dakar », a précisé le ministre de l’intérieur, Antoine Félix Diome, en direct sur la chaîne nationale RTS dimanche dans la soirée. Un important dispositif de sécurité a été dressé dans le quartier de M. Sonko, bloquant les rues adjacentes et contraignant de fait le leader de l’opposition à une assignation à domicile.
« La responsabilité de l’Etat étant engagée dans la garantie de l’ordre publique, nous ne pouvons pas laisser des personnes faire des rassemblements sans que les règles minimales d’encadrement soient respectées », a justifié M. Diome qui, la veille, avait souligné que ce genre de cortèges étaient soumis à une autorisation préalable, demande que n’avait pas effectuée M. Sonko. Selon le ministre de l’intérieur, les forces de l’ordre ont découvert des « armes », notamment « des lance-pierres et de billes » lors de la fouille du véhicule de l’opposant.
« Des déclarations mensongères », estime Aboubacar Top Sadikh, militant et membre de la cellule de communication du Pastef. « Quel tort a commis Ousmane Sonko ? S’il y a une infraction, pourquoi n’a-t-il pas été conduit à la gendarmerie plutôt que d’être ramené chez lui ? », s’étonne-t-il. Il déplore « un usage exacerbé de la force » de la part du pouvoir qui, selon lui, « ne veut pas d’un opposant aussi fort ».
Avec Lemonde

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

08 - Juillet - 2024

CEDEAO : Bassirou Diomaye Faye appelle à se départir de l’image d’une organisation sous influences extérieures

Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, a souligné dimanche à Abuja la nécessité de débarrasser la Cedeao des...

08 - Juillet - 2024

Les trois pays de l’AES ( Mali, Burkina Faso et Niger ) actent la naissance de la Confédération

Les dirigeants militaires du Mali, du Burkina Faso et du Niger ont signé, ce samedi 6 juillet, à Niamey l’acte constitutif de la Confédération des États du...

08 - Juillet - 2024

Cédéao : Un groupe d’initiatives met en garde contre les « effets dévastateurs » d’une rupture avec les pays de l’AES

Le Groupe d’initiatives pour une médiation à l’africaine (GIMA) a mis en garde contre “les effets dévastateurs” d’une rupture entre la...

08 - Juillet - 2024

Proposition de loi visant la mise à jour du règlement intérieur de l’assemblée nationale : le Pds adoube ses députés et incite tous les députés à se rallier à cette cause

Le Parti démocratique sénégalais (Pds) a réagi hier, dimanche 7 juillet, à l’initiative prise par ses députés qui ont déposé...

08 - Juillet - 2024

Diomaye Faye mandaté pour ramener les pays de l'AES dans le giron de la CEDEAO

Le Président Bassirou Diomaye Faye a été presque supplié par le Président nigérian Tinubu, qui rempile à la tête de la CEDEAO, de rencontrer...