« LE COMPORTEMENT DE MACKY SALL AURA UN IMPACT MAJEUR SUR L’AVENIR DU PAYS » : LA PRESSE FRANÇAISE INTERNATIONALISE LA TENSION POLITIQUE AU SENEGAL

16 - Mars - 2023

La presse française se fait l’écho de la tension politique au Sénégal marquée notamment par l’acharnement du pouvoir sur Ousmane Sonko, le principal opposant à Macky Sall. « Sénégal : Ousmane Sonko, dernier obstacle sur la route de Macky Sall », titre le quotidien l’Opinion comme pour montrer que l’objectif du pouvoir est d’éliminer le leader de Pastef de la course à la présidentielle de 2024.
« Nouvelle séquence politique tendue au Sénégal avant le procès pour diffamation de l’opposant Ousmane Sonko, prévu jeudi. Après un meeting qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes mardi à Dakar, la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi a appelé à des marches ce mercredi à travers le pays, dont une à Dakar qui a été interdite par les autorités. Mais l'opposant a été finalement empêché de sortir de chez lui, illustrant les tensions en amont de la présidentielle de février 2024 », rapporte RFI.
Franceinfo , qui a consacré son émission de décryptage de l’actualité internationale (un monde d’avance) au Sénégal, explique : « L’opposition dénonce plus globalement une dérive autoritaire du président Macky Sall: ces derniers mois, de nombreuses manifestations ont été interdites dans ce pays de 17 millions d’habitants. Des opposants ont été arrêtés, des journalistes également comme le patron du site d’informations Dakar Matin Pape Alé Niang, incarcéré en novembre ou comme Pape Ndiaye, de la télévision Walfadjiri : il avait mis en cause l’impartialité de la justice dans le dossier d’Ousmane Sonko. »
Plus loin, le journaliste ajoute : « Cette tension est préoccupante dans un pays préservé par l’instabilité jusqu’à présent dans une Afrique de l’Ouest où les secousses se multiplient, au Mali, au Burkina Faso, en Guinée. Le Sénégal y a échappé jusqu’à présent notamment parce qu’il possède une tradition de dialogue et de règlement des conflits. Les grandes confréries religieuses, les Mourides, les Tidjanes, jouent souvent un rôle majeur pour calmer les esprits. Mais si le Sénégal a échappé à l’instabilité c’est aussi parce que ses présidents ont su se retirer à temps après des échecs électoraux : Abdou Diouf, Abdoulaye Wade. Le comportement de Macky Sall en vue des élections de l’an prochain aura donc un impact majeur sur l’avenir du pays. »
Pour le Figaro, les troubles notés au Sénégal « sont une illustration des crispations qui vont grandissant à moins d'un an de la présidentielle et qui font craindre des violences dans un pays réputé comme un rare îlot de stabilité dans une région troublée. Le procès de Ousmane Sonko jeudi s'annonce comme un rendez-vous à risques ».
CSS

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

01 - Juin - 2024

APR FRANCE : OU SONT LES 80 MILLE EUROS RESTANTS DE LA CAMPAGNE ELECTORALE ?

C’est une bombe à retardement qui pourrait faire voler en éclats ce qui reste de la DSE APR France. Un flou épais entoure le sort qui est réservé aux 80...

31 - Mai - 2024

Sonko : «Nous savons d'où viennent tous ces agissements... rien ni personne ne peut déstabiliser le Sénégal»

Dans une déclaration de plus de 8 minutes, le Premier ministre Ousmane Sonko a brisé le silence jeudi, mettant ainsi fin aux polémiques récentes. Pour le chef du...

31 - Mai - 2024

A Bamako, Bassirou Diomaye Faye et Assimi Goita ont parlé de partenariat et d’intégration

(APS) – Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, et son homologue du Mali, le colonel Assimi Goita, ont passé en revue, jeudi à Bamako, les axes...

31 - Mai - 2024

Le renforcement de la coopération bilatérale au menu des échanges entre les présidents Faye et Traoré

Le président du Sénégal Bassirou Diomaye Faye et son homologue du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, ont échangé jeudi à Ouagadougou sur...

30 - Mai - 2024

APR FRANCE : LES 10 000 EUROS DE LA DISCORDE

Enorme crêpage de chignon des femmes de l’APR/France. A l’origine de la brouille, l’utilisation des dix mille euros offerts par l’ancien président, Macky Sall,...