OPINION:CROIRE ET AIMER LE SÉNÉGAL (PAR BEN YAHYA SY)

13 - Novembre - 2021

Depuis quelques temps, une centaine opposition cherche désespérément à basculer le Sénégal dans la violence en lieu et place d'un débat d'idées. C'est à se demander si celle-ci croit et aime le Sénégal ?

Car croire et aimer le Sénégal équivaut à respecter ses Institutions, ses textes et lois, donc sa Constitution.
Croire et aimer le Sénégal, c'est accepter la volonté populaire exprimée au soir du 24 février 2019.
Cette opposition qui ne digère toujours pas cette défaite subie au 1er tour est dans une vengeance qui n'a plus rien de politique, mais une haine à l'endroit d'un homme, SEM Macky Sall. Cette opposition puérile qui est dans le divertissement pense pouvoir écourter le mandat en cours avec un scénario bien connu et vu dans un pays voisin alors que le contexte n'est pas le même.
Croire et aimer le Sénégal, c'est avant tout être Républicain et savoir qu'il y a un temps pour faire la campagne électorale et un temps pour s'opposer sur la base de l'action gouvernementale dans les enceintes dédiées.
Cette opposition ne conteste jamais les résultats obtenus sur les plans macro et microélectronique, les infrastructures livrées au grand bonheur des populations, le rayonnement de notre pays dans le concert des Nations. Elle préfère nous sortir des motifs farfelus comme "une justice aux ordres", des "manifestations réprimées ' et une tentative "d'écarter de futurs candidats'. Que du léger, encore du léger et toujours du léger!
Croire et aimer le Sénégal, c'est faire de la Politique dans l'intérêt supérieur de ces Femmes, Hommes, Jeunes et Enfants vivant dans cet espace hérité de nos ancêtres et forgé par un dessin commun.
Cette opposition cherche par tous les moyens la confrontation afin de ternir l'image de marque de notre pays qui est avant tout un bien commun, sinon comment expliquer que malgré un renvoi annoncé et dont un des leurs est le bénéficiaire, cet entêtement à vouloir marcher sur le tribunal de Dakar? Comment accepter que ce défi lancé à l'Autorité n'ait pas la réponse adéquate car jusqu'à le preuve du contraire nous sommes en République ; ce qui sous-entend des Devoirs et des Droits.
Croire et aimer le Sénégal, c'est faire preuve de Civisme et non pas de cynisme politico-politicien. Les douloureux événements du mois de mars dernier avec ces 14 morts par l'irresponsabilité d'un petit prétentieux qui veut brûler les étapes sont encore frais dans nos mémoires. Violer un couvre-feu pour se rendre encagoulé dans un salon de massage et nous parler de complot relève d'un manque notoire de respect envers les Sénégalaises et les Sénégalais. Aller déférer à une convocation de la Justice en accusant sciemment du retard est une tentative d'affront qu'aucune Institution qui se respecte n'acceptera.
Croire et aimer le Sénégal, c'est de savoir que ce sont les mêmes textes et lois qui étaient en vigueur sous les présidents Diouf et Wade, qui le sont sous le président Macky Sall et qui le seront demain sous un autre président. Et donc appeler à l'insurrection est une étroitesse d'esprit à combattre et à bannir de nos pratiques politiques. Le Sénégal est le pays de nous TOUS, pour nous TOUS, donc nous ne les laisserons pas brûler le pays pour des aventures personnelles sans lendemain. Il ne faut pas surtout oublier que nos personnes sont mortelles alors que le Sénégal sera éternel.
Croire et aimer le Sénégal, c'est savoir que le Président de la république, l'Assemblée nationale, le Gouvernement, le Conseil économique, social et environnemental, le Conseil constitutionnel, la Cour suprême, la Cour des Comptes et les Cours et Tribunaux, le Haut Conseil du dialogue social sont les Institutions dont nous nous sommes dotées. Prétendre le contraire, c'est vouloir dénier à cette majorité silencieuse ce droit inaliénable de choisir cette Femme, cet Homme, ce groupe de personnes à qui elle confiera son destin le temps d'un mandat et qui sera reconduit ou sanctionné au terme de celui-ci. Le Président Macky Sall a été exemplaire quand il était dans l'opposition. Il a fait plusieurs fois le tour du Sénégal en le parcourant du nord au sud, de l'est à l'ouest afin de parler avec le trSénégal des profondeurs ; des villages et des hameaux. Quand la candidature du président Wade a été validée par le Conseil constitutionnel, il est entré illico presto en campagne délaissant les rassemblements de la place de l'Obélisque. Quelle leçon ! Quelle hardiesse !
Croire et aimer le Sénégal, c'est savoir que le dernier mot revient aux Citoyens (le peuple souverain) qui choisiront librement la personne qu'ils mettront à la tête de ce pays. Ceux qui pensent que le fétichisme et le mysticisme l'emporteront sur le décret divin se mettent le doigt dans l'œil jusqu'à la rétine. Aussi ceux qui ont des dossiers pendants devant la Justice et qui pensent pouvoir les politiser se fourvoient royalement car les Sénégalais ne sont pas des benêts à qui on peut vendre des chimères.
Croire et aimer le Sénégal, c'est savoir que rouler des mécaniques n'impressionne personne car l'Etat ne fléchira point s'il s'agit d'appliquer les textes de les lois.
Croire et aimer le Sénégal, c'est pour finir, savoir que la manipulation de l'opinion ne passera pas et que les Sénégalais n'accepteront jamais un locataire du palais de la république qui arrivera au pouvoir en marchant sur des cadavres. Il ne faut pas insulter le génie politique des compatriotes d'Aline Sitoé Diatta, Lamine Senghor, Laminé Coura Guéye, Mamadou Dia, Valdiodio Ndiaye et Cheikh Anta Diop. La Politique peut bien se faire avec Éthique et Morale.

Ben Yahya SY
Convergence des Cadres Républicains France /Sénégal
Cellule de Communication DSE /APR France
VAR Républicaine

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

16 - Janvier - 2022

A YEUMBEUL-SUD, HOTT ET GAYE MISENT SUR LE PORTE-À-PORTE POUR SÉDUIRE LES ÉLECTEURS

Amadou Hott, candidat de Benno Bokk Yaakaar (BBY, mouvance présidentielle) à la mairie de Yeumbeul Sud et son principal adversaire de la coalition Yewi Askan Wi, Bara Guèye,...

16 - Janvier - 2022

MARSASSOUM : LE MAIRE ANNONCE LA MISE EN CIRCULATION DU PONT POUR LUNDI

Marsassoum et environs vont définitivement sortir de l’enclavement, lundi 17 janvier. En effet, c’est ce jour-là que le pont qui y a été construit par le...

16 - Janvier - 2022

MERMOZ SACRE-CŒUR : PAPE DIOP PROPHETE CHEZ BARTH

On pensait que Mermoz-Sacré-Cœur était un pré-carré de Barthélémy Dias en tant que maire sortant de la commune, mais cette conviction a...

16 - Janvier - 2022

MOUSSA DIAKHATE : « PAPE DIOP EST LE MAIRE DES FEMMES »

« Ce que femme veut, Dieu le veut. » Si cet adage se confirme à l’occasion de ces élections locales alors le candidat Pape Diop pourrait être le prochain...

16 - Janvier - 2022

COMMUNE DE BEMET : NOUHA DANSO POURSUIT LA MOBILISATION

A Bêmet, commune de la région de Sédhiou, Nouha Danso multiplie les rencontres avec les populations en attendant le 23 janvier, jour de vérité. Hier encore,...