PRESIDENTIELLE : LE POUVOIR DRESSE UN NOUVEL OBSTACLE A LA CANDIDATURE D’OUSMANE SONKO

18 - Novembre - 2023

En détention depuis la fin du mois de juillet, le leader des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), parti dissout le 31 juillet, avait été retiré du fichier électoral après sa condamnation, en juin, à deux ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse » dans une affaire où il était accusé de viols. Une mesure qui l’empêche, légalement, de se présenter à l’élection présidentielle.
En décidant, contre l’avis du procureur général, de casser le jugement du tribunal de Ziguinchor, le président de la Cour suprême a donné raison à l’agent judiciaire de l’Etat, au terme d’un long délibéré très technique. Des justifications accueillies froidement par les militants du Pastef présents dans la salle, vêtus de tee-shirts à l’effigie de leur leader. « Ce n’est pas possible ça ! », s’est exclamé Moussa Dramé, un élu du parti de l’opposant, en sortant de l’audience. « Nous n’avons plus d’espoir. Nous sommes frustrés et déçus de la justice sénégalaise. La démocratie est menacée », a-t-il commenté.
Après de multiples rebondissements judiciaires, la participation ou non d’Ousmane Sonko à l’élection présidentielle de février 2024 n’est donc toujours pas tranchée. Ayib Daffé, agissant comme mandataire d’Ousmane Sonko, n’a pas réussi à se procurer les fiches de parrainage nécessaires pour collecter des soutiens et déposer un dossier de candidature. Or « la campagne de parrainage se termine dans quelques semaines et d’ici là, le tribunal [de Dakar] n’aura pas le temps de juger », s’inquiète Me Bamba Cissé, un des avocats de l’opposant.
Combatif, Me Ciré Clédor Ly, un autre représentant de la défense du maire de Ziguinchor, estime, lui, qu’« Ousmane Sonko peut réunir ses parrainages en moins de vingt-quatre heures, donc, jusqu’à présent, sa participation n’est pas compromise… Mais l’Etat joue avec le temps ».
Plusieurs figures de l’opposition étaient présentes vendredi dans la salle d’audience pour afficher leur soutien, comme l’ancienne première ministre Aminata Touré, Déthié Fall, du Parti républicain pour le progrès (PRP), Habib Sy, de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi, et El Malick Ndiaye, du Pastef. « C’est une déception, le juge de la Cour suprême avait l’occasion de rétablir l’Etat de droit. Il a fui ses responsabilités », a réagi Cheikh Tidiane Youm, président de la conférence des leaders de Yewwi Askan Wi.
La décision de la plus haute instance judiciaire sénégalaise est le deuxième camouflet judiciaire infligé vendredi aux partisans d’Ousmane Sonko. Plus tôt dans la journée, la Cour de justice de la Communauté économique des Etats 

d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), également saisie par les avocats de l’opposant pour contester sa radiation des listes électorales, avait estimé que « le Sénégal n’[avait] violé aucun de ses droits ». Elle avait par ailleurs refusé de se prononcer sur la dissolution du Pastef.

avec Lemonde

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

16 - Juillet - 2024

Contrôle et vérification des titres et occupations sur le DPM : le pré-rapport remis au premier ministre

La commission ad hoc chargée du contrôle et de la vérification des titres et occupations sur les anciennes et nouvelles dépendances du Domaine Public Maritime (DPM) dans...

16 - Juillet - 2024

Nombre de ressortissants, emplois… Les chiffres importants de la relation entre la France et le Sénégal

Interrogé lors de son face-à-face avec la presse, Bassirou Diomaye Faye s’est montré prudent sur la question concernant les troupes françaises. Certainement parce...

12 - Juillet - 2024

Réforme de la justice, suspension des travaux sur la corniche et fiscalité des entreprises de presse : ces marques-phares des 100 jours de Diomaye

Le président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye, a fait cent (100) jours à la tête du Sénégal. Sa gouvernance est marquée par les...

11 - Juillet - 2024

Recommandations des assises de la justice : le président Diomaye demande un calendrier de mise en œuvre des réformes

Le président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye, a demandé au Premier ministre, au ministre de la Justice et aux ministres concernés, de lui proposer un...

11 - Juillet - 2024

Gestion des inondations : Le chef de l’Etat demande ‘’un déploiement efficace’’ des dispositifs de prévention

Lors du Conseil des ministres de ce mercredi, le président de la République, Bassirou Diomaye Faye, a demandé au Premier ministre et au ministre de l’Hydraulique et de...