Une semaine après le dépôt de deux propositions de loi visant à corriger la carence du règlement intérieur : l’Assemblée nationale toujours muette

09 - Juillet - 2024

Une semaine après le dépôt de deux propositions de loi visant à corriger la carence du Règlement intérieur et permettre au Premier ministre qui avait menacé de faire sa déclaration de politique générale hors de l’hémicycle si le règlement intérieur n’est pas mis à jour d’ici le 15 juillet 2024, l’Assemblée nationale n’a toujours pas réagi par rapport à ces deux textes. Interpellés hier, lundi 8 juillet, Cheikh Abdou Mbacké Bara Doli, vice-président du groupe parlementaire Liberté, Démocratie et Changement de la coalition Wallu du Pds et auteur de l’une des propositions souligne que si les choses trainent, c’est au niveau de leurs collègues de la majorité Benno bokk yakaar.

Le groupe parlementaire de la majorité Benno bokk yakaar a-t-il opté pour un bras de fer jusqu’au bout avec l’actuel Premier ministre, Ousmane Sonko, qui avait créé la polémique en menaçant de faire sa déclaration de politique générale hors de l’Assemblée nationale si le règlement intérieur n’est pas mis à jour d’ici le 15 juillet 2024 ? Cette question mérite bien d’être posée au regard du statu quo qui règne actuellement au niveau de l’Assemblée nationale. En effet, à une semaine de la fin de cet ultimatum, rien ne bouge du côté de la Place Soweto. Et pourtant, deux propositions de loi déposées par des députés membres du groupe parlementaire Liberté, Démocratie et Changement de la coalition Wallu du Parti démocratique sénégalais (Pds) depuis la semaine dernière pour prévenir une solution institutionnelle qui pourrait découler de ce bras de fer dorment dans les tiroirs du président de l’Assemblée nationale.

Il s’agit de la proposition de loi modifiant la loi organique n°2002-20 du 15 mai 2002 portant Règlement intérieur de l’Assemblée nationale déposée lundi 1er juillet dernier par Cheikh Abdou Mbacké Bara Doli, vice-président du groupe parlementaire Liberté, Démocratie et Changement de la coalition Wallu du Pds. Et aussi de la proposition de loi visant à réactualiser le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale pour permettre au Pm Ousmane Sonko de faire sa Déclaration politique générale (Dpg) déposée le mardi 2 juillet dernier par Nafissatou Diallo et ses collègues du groupe parlementaire Liberté, Démocratie et Changement, Ibrahima Diop et Serigne Abo Mbacké Thiam.

En effet, interpellé hier, lundi 8 juillet sur leur proposition, l’honorable député Nafy Diallo dit n’avoir jusqu’ici aucun retour. « On a déposé régulièrement notre proposition de Loi au niveau du bureau courrier de l’Assemblée nationale mardi dernier. On laisse le processus se faire. Mais pour ce qui est de la suite qui a été donnée à cette proposition, je n’ai absolument aucune information puisque je ne suis pas membre du bureau de l’Assemblée nationale. Et s’il y avait quelque chose, vous (journalistes) aurez été informés, je suppose », a renseigné la secrétaire nationale à la communication du Pds. Interpelé également sur cette question, son collègue de groupe parlementaire Cheikh Abdou Mbacké Bara Doli, renseignant que les responsables des trois groupes parlementaires que compte cette quatorzième législature se sont déjà réunis et ont donné leur accord pour la mise à jour du règlement intérieur, a pointé du doigt ses camarades de la majorité parlementaire.

Soulignant que l’Assemblée nationale avait clôturé sa session unique ordinaire au moment où il déposait sa proposition de loi le lundi 1er juillet dernier, le vice-président du groupe parlementaire Liberté, Démocratie et Changement affirme que c’est aux députés de la majorité parlementaire que revient la charge dans le contexte actuel de vacances du parlement de convoquer une session extraordinaire. « A la suite de la clôture de notre session ordinaire unique le 29 juin dernier, les députés sont en vacances jusqu’à l’ouverture de la prochaine session ordinaire unique au mois d’octobre. Cependant, la loi prévoit des sessions extraordinaires qui sont convoquées soit, sur décision du bureau de l’Assemblée nationale, sur demande écrite de la moitié des députés au président de l’Assemblée nationale ou sur décision du président de la République », a-t-il expliqué avant d’ajouter dans la foulée. « Au regard des dispositions de loi, il n’y a que nos collègues de la majorité Benno bokk yakaar qui contrôlent également le bureau de l’Assemblée nationale qui peuvent décider. Si les choses trainent, c’est à leur niveau».

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

16 - Juillet - 2024

Absence de fonds politiques : APR apporte un démenti et tire sur Diomaye Faye

« Je n’ai pas trouvé de fonds politiques », avait déclaré le Président de la République, Bassirou Diomaye Faye, lors de son face to face avec...

16 - Juillet - 2024

Affaire de la supposée corruption de juges du Conseil Constitutionnel : Doudou Wade remet le dossier sur la table

Le secrétaire général adjoint du PDS a déclaré à Saly qu’il y a nécessité de faire la lumière sur l’affaire de la...

16 - Juillet - 2024

Cheikh Oumar Diagne aux opposants : « soyez élégants et sérieux dans vos critiques »

La nouvelle opposition du régime de Bassirou Diomaye s’illustre déjà en apportant des répliques à son interview avec la presse. Mais, Cheikh Oumar Diagne...

16 - Juillet - 2024

ETAT DU SENEGAL : Y A-T-IL UN PILOTE DANS L’AVION ? (CCR/FRANCE)

Comme tous les républicains, la Convergence des Cadres Républicains de France (CCR-France) a respecté la traditionnelle grâce des 100 premiers jours accordée au...

15 - Juillet - 2024

Acteurs politiques, société civile et universitaires planchent sur l’intégrité du système électoral

Des membres de la société civile, des experts et des acteurs politiques ont pris part, samedi à Saly (Ouest), à un atelier d’échanges sur...