SACCAGE DES LOCAUX DU JOURNAL «LES ECHOS» : LES EDITEURS DE LA PRESSE EN LIGNE RECLAMENT JUSTICE ET DEMANDENT UNE REMOBILISATION DES PROFESSIONNELS

04 - Août - 2020

L’Association des Éditeurs et Professionnels de la presse en ligne (APPEL) s’indigne de l’attaque des locaux du journal en ligne Jotaay et du quotidien «Les Échos» intervenue ce lundi 3 août. Elle a toujours pensé que ce genre de pratique était définitivement révolue au Sénégal depuis le saccage des locaux des journaux L’As et 24 Chrono, il y a de cela plus de 10 ans. APPEL trouve inacceptable que dans un Etat de droit des journalistes soient agressés pour leurs écrits ou que des entreprises de presse soient mises à sac pour la publication d’une information.

L’objet supposé de l’attaque est la publication dans son édition lundi d’un article qui révèle l’hospitalisation du Guide des Moustarchidines Wal Moustarchidatis, Moustapha Sy pour raison de Covid19 à l’Hôpital Principal de Dakar. Une information confirmée par des autorités de l’établissement sanitaire. Des rédactions via leur groupe whatsapp ont eu à échanger sur cette information. Donc ce n’était point un fake news encore moins une rumeur. L’information est bien vérifiée, fiable et crédible.

Depuis l’attaque et les dénonciations qui s’en sont suivies, des mystificateurs tentent à travers les réseaux sociaux de discréditer le travail des journalistes prétextant que l’information n’est pas avérée où le cas échéant seul le concerné devrait décider de la porter à l’attention de l’opinion. Une thèse qui ne peut tenir la route compte tenu du statut d’homme public de Serigne Moustapha SY. Les règles de base du journalisme sont très édifiantes sur cette question.

Les éditeurs de la presse en ligne comme tous les militants et professionnels des médias ont, par ailleurs, été surpris par la teneur du communiqué sorti quelques heures après l’attaque. Ce texte fournit suffisamment d’indices sur les motifs de l’expédition punitive et les commanditaires.

L’Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en ligne (APPEL) appelle les organisations membres de la Coordination des Associations de Presse (CAP) et tous les militants de la liberté d’expression à se tenir debout pour dénoncer cette barbarie mais surtout pour que les auteurs soient traqués et sévèrement punis. Cette attaque des locaux du journal «Les Echos» réveille le monstre et pourrait inspirer d’autres renégats et fossoyeurs de la liberté de presse surtout en ces temps de crise et de surchauffe du climat social.

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

18 - Septembre - 2020

CORONAVIRUS : UN DÉCÈS ET VINGT-SEPT CAS POSITIFS DÉCLARÉS VENDREDI

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale a officialisé ce vendredi vingt-sept nouvelles contaminations de Covid-19 et un décès lié à...

18 - Septembre - 2020

AMADOU BÂ FAIT LE BILAN DE FORCE COVID-19 DIASPORA, VENDREDI

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Amadou Bâ, animera une conférence de presse, vendredi à partir de...

18 - Septembre - 2020

Les magistrats se radicalisent : « Téliko n’a aucun compte à rendre au ministre de la Justice»

Alors que le président de l’Union des magistrats du Sénégal est convoqué ce vendredi à l’Inspection générale de l’administration...

17 - Septembre - 2020

Diop Sy convoqué par l’Ofnac

Demba Diop Sy est convoqué ce vendredi à l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac). Le député et homme d’affaires doit être...

17 - Septembre - 2020

Opinion: La convocation orale du Président de l’Union des magistrats devant l’IGAP est nulle, non avenue et n’a aucune valeur juridique

« Une simple convocation orale n'a aucune valeur juridique » La convocation orale du Président de l’UMS, Souleymane Teliko par l’inspection générale de...