Mary Teuw Niane titille dénonce : "Les nouveaux riches s’accaparent des terres, leurs enfants repus volent les militons..."

04 - Mai - 2023

A travers une contribution, intitulée "Paix ou violence, démocratie ou barbarie", publiée ce jeudi, l'ancien ministre de l'enseignement supérieur, Mary Teuw Niane dénonce de façon virulente les pilleurs des biens publics. 

Argent, villas rutilantes et accouchements aux États Unis d’Amérique rythment les discussions dans les salons des nantis. Les nouveaux riches s’accaparent des terres. Leurs enfants repus volent les militons que leurs pères cachent dans leurs coffres-forts, la nuit ils font des rodéos assourdissants entre la Corniche et les Almadies.

Notre société est injuste.
Dans les banlieues pères et mères s’échinent jours et nuits pour assurer à leurs progénitures un repas par jour. Dans les villages les femmes continuent chaque jour à dégrader les paumes de leurs mains en pilant le mil, à aller ramasser le bois et à s’épuiser à la recherche de l’eau. Lorsque les nouveaux nantis se soignent dans les cliniques et hôpitaux au Maroc, en Tunisie, en Turquie, en France et aux Amériques, les pauvres gens se battent pour trouver un rendez-vous dans les trois mois avec un spécialiste. Sur les pistes cahoteuses des femmes accouchent encore sur des charrettes. Beaucoup de vieilles personnes préfèrent mourir dans l’intimité de leurs concessions que de s’exposer dans les grandes chambres populaires impudiques de nos hôpitaux.

Les belles fermes bien équipées, aux alentours des villes, réussissent des performances équivalentes à celles des fermes les plus modernes d’Europe et d’Amérique. Par contre les pauvres cultivateurs n’ont plus de bonnes semences, accèdent de moins en moins aux engrais devenus hors de prix. Quant aux éleveurs, ils observent avec envie les belles vaches des éleveurs en cols blancs qui produisent tellement de lait qu’elles enrichissent leurs propriétaires déjà riches.

Il y a d’un côté des écoles pour fils et filles de riches, avec des classes à très petits effectifs dont les élèves sont assis seuls derrière chaque table. Et il y a, non loin de là, des élèves qui s’entassent dans des salles de classes mal éclairées ou dans des paillotes qui laissent passer tout au long de la journée les rayons aveuglants du soleil.
Lorsque Modou joue à cache-cache chaque fin du mois avec son logeur pour le payement de son loyer, son cousin qui prenait les cars rapides se croise les doigts en comptant le nombre de maisons qu’il a construit et de terrains en sa possession depuis seulement quelques années qu’il occupe cette station tant convoitée au sein de l’appareil d’État. Les nouveaux riches se barricadent dans leurs quartiers cossus à l’abris des yeux malveillants tandis que nos riches commerçants et nos entrepreneurs vivent dans les quartiers et les villages avec les populations, leurs parents, à qui ils apportent assistance, compassion et solidarité.

Les biens mal acquis ont un besoin impératif d’être cachés.
Lorsque les enfants des nouveaux riches font leurs études supérieures dans les écoles privées supérieures d’Amérique et d’Europe, les jeunes des villages et des banlieues cherchent les moyens d’entreprendre le voyage périlleux vers l’Europe qui est devenue, à leurs yeux, le seul moyen de s’en sortir. Dans notre pays, chaque jour, le fossé se creuse dangereusement entre les nouveaux riches et le reste de la population. Le désespoir s’installe et les rancœurs s’aiguisent chaque jour qui passe.Les billets rouges de dix mille francs distribués lors des grands événements et des élections ne suffisent plus pour anesthésier le désir de justice qui grossit et pour calmer le refus de l’injustice qui enfle.

Les inégalités sont devenues tellement criardes, l’arrogance des nouveaux nantis tellement insupportable que notre société est assise sur une énorme bombe sociale instable. La pire des violences, la violence la plus révoltante, la violence la plus inacceptable est la violence économique, sociale et culturelle.Prions Dieu que les ressentiments légitimes des populations trouvent leurs expressions dans les urnes plutôt qu’elles ne se déversent dans les rues et les quartiers cossus.

Construisons patiemment, courageusement, intelligemment et pacifiquement les moyens humains, culturels et sociétaux de la transformation salvatrice de notre pays.
Faisons de la rage de vengeance une force puissante, irrésistible et pacifique au service de la construction d’un pays pour tous. Après la pluie, arrivera inéluctablement le beau temps. Je vous souhaite une excellente journée sous la protection divine.

Dakar, jeudi 4 mai 2023
Prof Mary Teuw Niane

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

24 - Mai - 2024

Diplomatie : Le Président Bassirou Diomaye Faye attendu à Praia et Conakry

Le président de la République, Bassirou Diomaye Faye, effectuera une visite de travail ce vendredi et samedi respectivement à Praia (Cap vert) et à Conakry...

24 - Mai - 2024

Walf révèle: le Maroc et la France rappellent Macky Sall à l’ordre

Le Maroc et la France «ont ‘demandé diplomatiquement’ [à Macky Sall] de cesser toute ingérence dans la vie politique [sénégalaise]». Wal...

24 - Mai - 2024

La première rencontre Dioma Faye-Macron aura lieu le 20 juin à Paris

Le président sénégalais va faire la connaissance de son homologue lors de sa première visite en France, durant laquelle il participera à un sommet visant...

24 - Mai - 2024

Apr: Amadou Ba cherche à rencontrer son ennemi d'hier Abdoulaye Diouf Sarr

Selon le journal Les Échos, l’ancien Premier ministre Amadou Bâ, candidat malheureux de Benno Bokk Yakaar à la présidentielle du 24 mars, «demande à...

23 - Mai - 2024

Réduction du Train de Vie de l'État : Diomaye ordonne la récupération du patrimoine foncier et bâti cédé à des privés

Dans un discours devant le Conseil, le Premier Ministre a récemment mis en lumière les priorités cruciales de son gouvernement. Au cœur de ses propos, la...