Kora : à la recherche des origines du célèbre instrument de musique à cordes d’Afrique de l’Ouest

14 - Novembre - 2023

“Comment se fait-il que nous n’ayons jamais entendu parler de ce magnifique instrument jusqu’à présent?” C’est ce qu’a récemment posté un étudiant de première année sur le forum de discussion de mon cours de musique du monde. Il a exprimé ce que beaucoup de ses camarades ont probablement ressenti après avoir regardé l’extraordinaire documentaire Ballaké Sissoko, Kora Tales.

Le film, disponible gratuitement en ligne, suit Sissoko, un musicien de classe mondiale, depuis sa maison à Bamako, au Mali, jusqu’à un puits sacré et un baobab en Gambie, sur la côte atlantique. Dans ce film, le primé Sissoko revisite le pays de son enfance et retrace les origines de l’instrument qui est devenu son destin.

Sissoko est un djeli (appelé griot par les étrangers), un musicien et historien oral héréditaire attaché à la classe dirigeante. Comme les générations qui l’ont précédé, il joue de la kora, une sorte de harpe unique originaire de la savane d’Afrique de l’Ouest. Elle comporte 21 cordes et se joue avec quatre doigts. Elle peut créer des textures musicales denses et éblouissantes, ainsi que de minces placages chatoyants qui accompagnent la transmission d’une histoire orale profonde. C’est l’un des instruments de musique artisanaux les plus sophistiqués au monde, tant par ses capacités musicales que par la profondeur de sa tradition.

Ballaké Sissoko : Kora Tales est un film magnifiquement réalisé qui devrait être vu par tous ceux qui s’intéressent à la culture et à l’histoire africaines. 

L’histoire
Construite à partir d’une grande demi-calebasse, d’une peau de vache, d’un manche en bois épais et de cordes et boucles d’accord en cuir (aujourd’hui en nylon), la kora est vieille de plusieurs siècles. Les précurseurs remontent à bien plus loin.

Elle est intimement liée à l’histoire du Mandé, patrie située le long du fleuve Niger, qui traverse le Mali et la Guinée d’aujourd’hui. Cette chefferie est montée en puissance dans les années 1200 lorsque le légendaire Soundjata Keïta a conquis un roi oppresseur, Soumaoro Kanté, avec l’aide d’alliés voisins. Kanté possédait le bala primitif (également appelé balafon), un xylophone magique, qui a été transmis au djeli (griot) de Soundjata. Il s’appelait Balla Fasséké Kouyaté et ses ancêtres gardaient cet instrument dans une case du nord-est de la Guinée.

En 2008, l’Unesco a déclaré l’instrument site du patrimoine culturel immatériel et aujourd’hui un musée est en cours de construction sur le site. À son apogée, l’empire mandé s’étendait sur une grande partie de l’Afrique occidentale et ses mines fournissaient la majeure partie de l’or circulant en Europe. Une visite à la Mecque du roi du Mandé Mansa Moussa dans les années 1300 a confirmé sa réputation de personne la plus riche dans l’histoire du monde. Les migrations vers l’ouest, dans la région de la Sénégambie, ont conduit au développement d’une langue et d’une culture apparentées, le mandingue.

Tout comme le bala (xylophone mandé) trouve ses origines au Mali dans les années 1200, la kora trouve les siennes dans la fédération Kaabu des Mandingues de Sénégambie dans les années 1700. Traditionnellement, les djelis ont le droit exclusif de jouer de ces deux instruments. De nombreux récits sur l’origine des instruments de musique en Afrique font référence à un djinn (génie) qui l’aurait fait apparaître pour la première fois. Il en va de même pour la kora.

Le sujet du film
L’une de mes répliques préférées du documentaire est celle de la tante de Sissoko, Kadiatou Diabaté, elle-même djeli : «Cette personne devant vous est née avec la kora. La septième génération de sa lignée. Il suffit de le toucher pour que le son d’une des cordes jaillisse».

En voiture, Sissoko quitte Bamako, sa capitale, pour un voyage de plus de 1 000 km vers l’ouest, jusqu’au berceau de la kora, sur le littoral gambien. Tout cela faisait partie de l’empire mandé à son apogée, jusqu’au nord du fleuve Niger, à Tombouctou. Sissoko s’arrête à Sibi, où Soundjata aurait réuni ses armées, conclu des pactes et créé la constitution de ce qui allait devenir le plus grand empire d’Afrique.

La cinématographie de la campagne, en grande partie réalisée à partir de drones aériens, est magnifique. En passant par le sud du Sénégal, ils traversent le fleuve Casamance en bateau pour rendre visite au maître de la kora, Malan Diébaté. C’est le pays de la kora et une demi-douzaine de joueurs de kora apparaissent, chantant les louanges de Sissoko et de sa lignée.

Ils sont accompagnés par les femmes de leur famille élargie s’inspirant de la source diasporique et modèle de signature rythmique de la clave urbaine cubaine.

Diébaté raconte les origines surnaturelles de la kora, et Sissoko part pour cet endroit précis, Sanementereng, en Gambie. D’une certaine manière, tous les instruments de musique sont magiques, étant donné l’impact qu’ils peuvent avoir sur nos vies. Des traditions orales très répandues attribuent les origines de la kora à cet endroit précis de la côte gambienne. Lorsque Sissoko arrive à cet endroit vers la fin du documentaire, près d’un puits sacré et d’un baobab qui marque l’endroit, c’est une expérience émouvante.

Un travail inspirant
Les scénaristes et réalisateurs du film, Lucy Durán et Laurent Benhamou, ont fait un travail inspirant en transmettant la beauté du paysage, la profondeur et l’humanité de la tradition, et la personnalité artistique de Sissoko.

Professeur de musique et ancien animateur radio, Durán a une expérience impressionnante dans cette partie du monde depuis plusieurs décennies, de la production des premiers albums de Toumani Diabaté et d’autres artistes maliens à Growing Into Music, une série de films documentaire pionnière qui met à nu le processus d’apprentissage de l’art musical des djelis par les enfants au Mali et en Guinée.

Narré par la star du rap franco-malien Oxmo Puccino, le documentaire vous plonge dans l’une des grandes traditions classiques de l’Afrique à travers les yeux de l’un de ses grands artistes. Pour les yeux, les oreilles et la mémoire culturelle collective, ce film est un trésor.

Par Eric CHARRY

Professor of Music, Wesleyan University

(theconversation.com)

 

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

20 - Mai - 2024

FRANCE : MORT DE JEAN-CLAUDE GAUDIN, MAIRE DE MARSEILLE PENDANT 25 ANS

L’emblématique maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, est mort ce lundi à l’âge de 84 ans dans son domicile varois, a annoncé Emmanuel Macron dans un...

13 - Mai - 2024

QUENTIN BATAILLON SOUHAITE "QUE FRANCEINFO PUISSE REMPLACER, EVENTUELLEMENT, FRANCE 24"

Les jours de France 24 sont-ils comptés ? Invité de franceinfo lundi 13 mai, le député Renaissance Quentin Bataillon souhaite "que franceinfo [TV, canal 27] puisse...

11 - Mai - 2024

Felwine Sarr : ‘’le bouddhisme est né à Colobane’’ est une méditation sur les mystères existentiels

L’universitaire, musicien et éditeur Felwine Sarr présente son dernier recueil de nouvelles intitulé ‘’Le bouddhisme est né à...

11 - Mai - 2024

FRANCE : DECES DU JUGE D’INSTRUCTION RENAUD VAN RUYMBEKE, BETE NOIRE DES POLITIQUES

L’autre monsieur propre. Renaud Van Ruymbeke, ancien juge d’instruction devenu figure de la lutte anticorruption en France, est décédé à l’âge...

04 - Mai - 2024

15EME DE L’OCI : LE PRESIDENT BASSIROU DIOMAYE FAYE EST ARRIVE A BANJUL

Le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye est arrivé samedi, en début de matinée, à Banjul, la capitale gambiennne, où il prend part au...