APR/FRANCE : LA GUERRE DES « DSE » EST LANCEE

25 - Février - 2021

Manipulation ou rétropédalage ? Dans une mise au point, Seydou Thialaw, coordinateur de la section d’Orléans, a soutenu qu’il n’avait « jamais participé ni de loin ni de près à une quelconque réunion de dissidence », contrairement à ce qui est dit dans une Tribune. Dans ce texte collectif, les signataires ont exprimé en filigrane leur volonté de s’emparer de la DSE/France, condition nécessaire, à leurs yeux, pour la relance des activités du parti présidentiel.
Aussitôt après la sortie de Seydou Thialaw sur Infos15, Ramata Sall, responsable des femmes de la section de Trappes, rétorque par le biais d’un communiqué : « J'ai contacté M. Thialaw de mon gré pour lui expliquer notre démarche suite aux mécontentements collectifs de l'inactivité de la DSE FRANCE et celui-ci m'a informé qu'il était en désaccord total avec le coordonnateur national M. Hamet Sarr. M. Thialaw était d'accord pour nous soutenir dans toutes nos démarches et il devait revenir vers moi car il était censé parler de notre objectif à d'autres sections proche d'Orléans. »
Jointe par Infos15, Ramata Sall confirme son propos et ajoute que c’est à la veille de la publication de son texte de mise au point que Seydou Thialaw s’est retiré de leur panel.
« Lors de mon échange téléphonique avec Ramata Sall, j’ai adhéré à l’idée selon laquelle la DSE ne fonctionne pas », avoue Seydou Thilaw ajoutant que « cela ne veut pas dire que je suis membre de leur organisation ». Il précise que l’inertie constatée au sein de la famille politique de Macky Sall s’explique par la crise sanitaire.
« Je ne peux pas m’associer à une initiative qui vise Hamet Sarr, un ami de longue date, mais surtout mon prédécesseur à la tête de la section d’Orléans », ajoute-t-il. N’a-t-il pas reculé suite à des pressions des responsables de la DSE ? « Je jure que je n’ai fait l’objet d’aucune pression. Même le président Macky Sall ne peut pas me faire faire ce que je ne veux pas », martèle le coordinateur de la section APR d’Orléans.
Une chose est cependant certaine, cette guerre des "DSE" est symptomatique de la profonde division au sein de la famille politique de Macky Sall en France. Il faudra beaucoup de tact au patron de l’APR pour réussir à recoller les morceaux. C’est le moins qu’on puisse dire.
Cheikh Sidou SYLLA

 

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

13 - Avril - 2021

REVUE DE PRESSE : LA MOBILISATION DES ÉTATS-MAJORS POLITIQUES À LA UNE

La mobilisation des états-majors politiques en perspective des élections des locales, la question de l’emploi et la visite de Macky Sall à Bruxelles sont au menu des...

13 - Avril - 2021

Enième désaccord entre le pouvoir et l'opposition sur la tenue des Locales: une autre rencontre prévue jeudi

L’opposition et la majorité avaient décidé de se donner une dernière chance pour avoir un consensus concernant la date de la tenue des prochaines élections...

13 - Avril - 2021

Elections locales: « les échéances peuvent bel et bien se tenir en 2021 » (Birahim Seck)

Le coordonnateur du Forum civil, Birahim Seck a estimé que les élections locales, à l’origine d’un malentendu entre les différentes parties prenantes du...

12 - Avril - 2021

Khalifa Sall exige la tenue des élections locales en décembre 2021 et avertit le gouvernement

L’ancien maire de Dakar engage le front contre le report des élections locales. En démonstration de force samedi, au Fun City, Khalifa Sall dit ses vérités...

12 - Avril - 2021

REVUE DE PRESSE : KHALIFA SALL ET LES ÉLUS DE BBY À LA UNE

La sortie de Khalifa Sall, leader de Taxawu Sénégal (opposition) et la mobilisation des élus de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY, majorité) sont largement...