Dossier Ressources naturelles : Le pétrole, le gaz et le foncier ne figurent pas au menu du soi-disant « dialogue » de Macky Sall (Par Mamadou Lamine Diallo)

15 - Mai - 2019

Macky Sall doit considérer que les ressources naturelles, c’est son domaine réservé comme les Affaires étrangères. Il n’envisage pas un seul instant que cela puisse figurer au menu des discussions avec qui que ce soit, sauf avec ses parrains occidentaux. Or, c’est la découverte des hydrocarbures en grande quantité qui a amené le bouleversement institutionnel de notre pays engagé tout seul par Macky Sall. Ses affidés de l’APR et de BBY ne sont informés de ses projets qu’à la dernière minute. De même, les réformes de la décentralisation sont liées à la gestion du foncier. L’objectif est d’engager la responsabilité des maires dans l’attribution des terres aux firmes occidentales.

Il est bon que le peuple sache que Macky Sall mène ses réformes dans le but d’asseoir un pouvoir autocratique pour partager nos ressources naturelles, gaz, pétrole et terres. Il est dans la ruse permanente pour se maintenir au pouvoir. Mais cela n’empêchera pas la vérité d’éclater dans l’affaire Arcelor Mittal, Petrotim, entre autres.

Dossier nouveau : « Dialogue de Macky Sall », un jeu de dupes pour pérenniser son pouvoir

Aly Ngouille Ndiaye a commencé ses manœuvres pour diviser l’Opposition et satisfaire les désirs de puissance de Macky Sall. Dans son schéma de « dialogue », il propose 15 représentants pour le Pouvoir, 15 pour l’Opposition et 15 pour les Non alignés.
Au Sénégal, il n’y a pas de non alignés, c’est une duperie inacceptable. Les positions se sont clarifiées depuis les élections législatives et la présidentielle. On est du pouvoir ou de l’opposition, c’est tout. Idem pour la société civile classique qui s’est alignée du côté de Macky Sall en soutenant le parrainage. Elle, qui s’est construite dans la lutte contre la corruption et pour le renforcement de la démocratie, n’a jamais dénoncé le parrainage corrompu.
Nous ne devons pas tomber dans cette mascarade de Macky Sall. Un dialogue sérieux, c’est un face à face Pouvoir et Opposition modéré par des personnalités patriotes et neutres et hors de tout soupçon, Macky Sall s’engageant à ne mettre en œuvre que les consensus obtenus. Tel n’est pas le désir de Macky Sall qui sait qu’il a confisqué le pouvoir et doit faire face à l’ajustement des finances publiques.

Par ailleurs, on notera que le samedi 4 mai 2019, à l’Assemblée nationale, le gouvernement et les députés de BBY ont refusé de mettre dans le rapport des débats que 2019-2024 est le dernier mandat de Macky Sall. C’est pourquoi Macky Sall doit demander au Conseil Constitutionnel de confirmer qu’il s'agit bien de son dernier mandat, s’il respecte le peuple sénégalais. Cela doit devenir une exigence populaire.

Mamadou Lamine Diallo, Président du mouvement Tekki.

 

Commentaires
0 commentaire
Laisser un commentaire
Recopiez les lettres afficher ci-dessous : Image de Contrôle

Autres actualités

24 - Mai - 2019

DIALOGUE NATIONAL : MACKY SALL SOUHAITE LE CHOIX D’UNE "PERSONNALITÉ INDÉPENDANTE ET CONSENSUELLE"

Le chef de l’Etat souhaite le choix d’une personnalité indépendante et consensuelle pour diriger le processus du dialogue national dont le lancement est prévu,...

24 - Mai - 2019

FRANCE: UN RESPONSABLE SOCIALISTE TIRE À BOULETS ROUGES SUR LA DSE

Dans un post récent , j'avais étalé mon indignation suite au honteux spectacle que certains militants aperistes avaient produit à un jet de pierre de la tour Eiffel...

24 - Mai - 2019

INSÉCURITÉ : LE SÉNÉGAL DE L’APR APELLE A LA MOBILISATION ET À LA VIGILANCE

Le Secrétariat exécutif national (SEN) de l’Alliance pour la République s’incline pieusement devant la mémoire de Bineta Camara et Coumba Yade...

24 - Mai - 2019

Royaume-Uni : la Première ministre Theresa May annonce sa démission

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé vendredi sa démission, suite à son échec à faire adopter son plan de retrait de l'Union...

24 - Mai - 2019

La cour suprême "enterre" l’arrêté Ousmane Ngom

L'affaire va sans doute faire jurisprudence. Bref, le fameux arrêté Ousmane Ngom, brandi systématiquement pour interdire les marches ou sit-in en centre-ville, vient de subir...